lundi 6 octobre 2014

MINORQUE (du 22 août au 5 octobre 2014)


Mahon, ponton de la Isla Del Rey (du 22 août au 5 septembre)

À notre arrivée au ponton flottant de la Isla del Rey, notre nouvel environnement nous plaît immédiatement.


Le lieu est tranquille, bien protégé et à quelques minutes en annexe du centre-ville que nous ne tardons pas à rejoindre pour faire une petite balade. À terre, nous retrouvons l'équipage d'Arnau arrivé quelques heures avant nous. En déambulant dans les rues, nous retrouvons, avec amusement, les endroits qui nous sont restés familiers. Bien sûr, l'arrivée aux Baléares est fêtée dignement autour d'un verre de Pomada, specialité locale à base de gin et de citron, pas mauvaise du tout.  


Le lendemain, nous faisons nos aux-revoirs à Carina, Laureano et Laïa, tristounes de voir partir nos compagnons de voyage avec qui nous naviguions depuis deux mois. 


Quant à nous, nous décidons de rester quelques jours. L'arrière-saison s'installe, le temps est splendide et les touristes sont bien moins nombreux. Les jours s'écoulent paisiblement entre baignades, balades en ville et découvertes des bonnes petites adresses culinaires du coin. 

La jolie ville de Mahon...





La Isla del Rey




La découverte de la gastronomie locale...

Dégustation à la fabrique de gin Xoriguer


Notre café et notre restaurant préférés à Mahon 
Nos amis arrivent de France à la fin du mois pour passer quelques jours à bord et nous envisageons de faire quelques mouillages autour de l'ile en les attendant. Mais, la semaine qui suit notre arrivée va être une série d'ennuis qui fera, qu'au final, nous ne bougerons pas de Mahon jusqu'à leur arrivée.
La série noire commence par les toilettes bouchées. Ok, rien de grave mais, quand même, bien embêtant, ceci dit un grand classique pour les navigateurs en général. Démontage, nettoyage, remontage des wc et de la pompe (je vous passe les détails) et grand soulagement quand tout fonctionne, à nouveau normalement.


Puis Martin tombe malade et reste alité plusieurs jours. Comme si cela ne suffisait pas, ratatouille s'invite à bord le soir et c'est parti pour la chasse au rat à 2h00 du mat'. Heureusement, ce dernier ne réussira pas à s'introduire dans le bateau contrairement au bateau voisin où il causera de sacrés dégâts. Dès que Martin se sent mieux, nous décidons de partir sur un autre ponton plus proche de la ville et plus confortable. 


Mahon, encore et toujours mais au ponton "VIP" (du 5 septembre au 24 septembre)

Une "longue" navigation de 0,5 mille nous permet de rejoindre le ponton "VIP" (entendre par là que nous avons l'eau et l'électricité). 


Le temps est toujours très beau mais au fil des jours, l'atmosphère devient lourde et la météo prévoit une série d'orages d'ici peu. En attendant, nous profitons des beaux jours et des nombreux événements organisés par la ville : la XI Copa del Rey de Clásicos y Barcos de Época qui rassemblent de splendides voiliers des XIX et XX ème siècles...




Eux sont hors concours...


Nous découvrons, lors de démonstrations équestres, le cheval minorquin, si beau, si fier... 



Début septembre, ce sont les fêtes de la Vierge de Gràcia, patronne de la ville. Mahon est le théâtre de nombreuses animations pendant trois jours avec pour acteur principal, encore et toujours, le cheval minorquin. Le spectacle dans la rue est incroyable, toutes les rues sont envahies par les chevaux. Il y en a absolument partout, à croire que chaque habitant de Minorque possède son propre cheval. Tous sont parés de leurs plus beaux atouts et la parade est majestueuse.






Mais il y a de nombreuses autres animations : le défilé des géants de Mahon, la pyramide humaine, les activités nautiques et, le soir, musique et feu d’artifice.





La semaine suivante, c'est le week-end de célébration organisé par la population britannique de l'île  avec une époustouflante démonstration de la Royal Air Force juste au-dessus de nos têtes...





Puis, nous avons droit à d’autres sortes d’ « animations », météorologiques, ce coup-ci, telle que cette petite tornade qui nous causera un peu de stress mais qui, finalement ne viendra pas dans notre direction. 


Entre deux événements, nous nous préparons à recevoir nos amis à bord. C'est l'occasion de faire un peu de rangement. Mais qu'est-ce qu'on a pu accumuler depuis le départ ! Finalement, on en met beaucoup dans un bateau ! Au début, on a un peu l'impression qu'on ne va pas y arriver mais, finalement, tout rentre dans l'ordre...



Les copains à bord et la découverte de l'île (du 25 au 4 octobre)

Ça y est, c'est le jour de l'arrivée des copains ! C’est sous le soleil que les joyeuses retrouvailles se font. Nous sommes très contents de les avoir à bord quelques jours et de leur faire découvrir cette ile que nous adorons. Comme nous avons loué une voiture, nous en profitons pour sillonner l'île dans tous les sens.
Après une visite à Ciutadella, toujours aussi élégante…




… c'est l'heure de la baignade dans l'une des merveilleuses criques de l'île. Bon, la foule et les nombreux bateaux au mouillage (dont chacun semble ignorer les règles de sécurité à respecter en zone de baignade) nous gâchent un peu le plaisir mais il n'empêche que l'eau est cristalline et chaude et c'est un bonheur que de nager pour observer les poissons.



Du coup, le lendemain, nous décidons de nous lever tôt (deux pour qui cela ne demande pas vraiment d'efforts et deux autres pour qui cela relève du défi mais je ne citerai pas de nom !) pour aller découvrir la cala Mitjana avant que la foule n'envahisse les lieux. Le chemin qui mène à la cala est déjà enchanteur mais la découverte de la cala elle-même nous émerveille. C'est "MAGNIFIQUE!!!", un véritable petit coin de paradis. 





Au-delà des criques aux eaux turquoise, Minorque nous offre des paysages très diversifiés  tel que le parc naturel d'Es Grau, une zone humide d'une grande richesse biologique, habitée par différentes espèces d'oiseaux aquatiques...



 Ou encore le cap de Favàritx, au profil côtier dur et sauvage...


L'île nous séduit également car elle a su conserver une forte identité culturelle que l'on retrouve à travers sa gastronomie, son artisanat et, bien sûr, ses nombreuses fêtes locales. Un soir, de passage dans la ville de Alaior, nous assistons à l'une des plus étonnantes de ces fêtes populaires qui rassemblent toutes les générations dans l'allégresse générale : le Jaleo dont le cheval minorquin est roi. Le cavalier et son cheval s'avancent au milieu de la foule et les plus jeunes s'attroupent autour de lui réclamant au cavalier que sa monture se cabre, le tout sur fond de musique jouée par la fanfare. C'est incroyable de voir la dextérité de ces cavaliers et le calme des chevaux face au tumulte et au vacarme. C'est un spectacle unique au monde. 



Puis, c'est l'heure du retour pour nos amis avec qui nous avons passé cinq merveilleuses journées et fait le plein de bons souvenirs…


Les garçons nettoient les moules


Dernière soirée avec les cops
Pour nous, c'est, aussi, l'heure du départ. Nous devons regagner l'Andalousie où nous avons décidé de laisser le bateau l'hiver prochain.

Avant de quitter définitivement Minorque, nous partons faire un dernier mouillage au sud de l'île.


Mouillage à Son Saura (du 4 au 5 octobre)

Après une petite navigation de 25 milles bien agréable le long des côtes minorquines, nous jetons l'ancre à Son Saura dans un paysage de rêve avec sa plage au sable fin, sa pinède et ses eaux cristallines. Les quelques bateaux mouillés là partent en fin de journée et nous ne sommes plus que deux dans ce havre de paix.



Sitôt arrivés, nous plongeons dans une eau délicieusement chaude et transparente. Martin en profite pour nettoyer la coque et l'hélice qui se sont beaucoup encrassés à Mahon.  Le pauvre, il avait déjà dû se taper l’annexe !




C'est certainement notre dernier mouillage avant longtemps mais nous terminons en beauté. 
Demain, il nous faudra dire au revoir à cette île qui nous a si bien accueillis pour rejoindre notre prochaine étape : Majorque. 


3 commentaires:

  1. Hola
    je rentre d'un week-end à Madrid et lire vos aventures dans les Baléares me permet de prolonger cette atmosphère espagnole si chaleureuse... visiblement c'est pas toujours évident pour vous mais il en ressort beaucoup de joie et de beauté. C'est assez étonnant comme sensation car on ne se connaît pas vraiment mais je prend plaisir à vous suivre dans vos récits de voyages. Merci de me permettre de partager cela.
    Besos
    Marie

    RépondreSupprimer
  2. Hola,
    Cela nous fait toujours, sincèrement, plaisir de voir que tu suis notre aventure. S'il y a une chose que cette expérience nous a apprise, c'est que nous n'avons pas forcément besoin de nous connaître pour partager de bons moments. Et puis, à notre retour, j'espère bien faire, "officiellement" ta connaissance !
    Bises

    Muriel

    RépondreSupprimer
  3. CIAO !!!
    It's always nicet o follow your blog!!
    We are in Kos, still swimming (!) with fine weather and a safe mooring place in the town harbour,with water and electricity FOR FREE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! We'll stay here another week,then we'll move to Nisiros till the end of November. We hope to sail in December too, spending some weeks in Sami and Rodos. For genuary and february we'll reach Marmaris, only if we can't find a safe ,well sheltered harbour in the Dodecannesos archipelagos.WE LOVE THESE ISLANDS...
    BACI BACI by Giuliana and roberto

    RépondreSupprimer