mardi 21 octobre 2014

MAJORQUE & IBIZA (du 5 au 20 octobre 2014)


PORTO COLOM, MALLORCA  (du 5 au 8 octobre)

Après notre éprouvante navigation, nous apprécions la tranquillité de la baie. La saison se termine mais il y a encore pas mal de bateaux et les touristes sont nombreux à se promener sur les quais. 



Lors de notre premier passage ici, nous avions adoré l'endroit. Aujourd'hui, bizarrement et même si c'est toujours plaisant, nous sommes vaguement déçus. Peut-être sommes-nous encore trop sous le charme de Minorque pour apprécier à sa juste valeur l'endroit. Le lendemain, nous tentons de faire fonctionner la radio qui ne veut rien savoir. On change le fusible en croisant les doigts mais, évidemment, ce n'est pas ça. Cela nous ennuie car nous avons encore pas mal de route à faire avant d'atteindre l'Andalousie et la radio est un des éléments de sécurité indispensables à bord. Demain, nous repartons sur Andraxt, et nous aviserons là-bas. 


ANDRAXT, MALLORCA (du 8 au 18 octobre)

Le phare de la punta de Ses Crestes
Nous partons avec le lever du soleil pour effectuer les 54 milles nautiques qui nous séparent d'Andraxt. Les journées raccourcissent et nous préférons partir tôt pour arriver avant la tombée de la nuit. La journée est belle, le soleil brille et la mer est calme. Tant mieux car je n'ai aucune envie de revivre le même scénario que lors de notre précédente navigation !

Punta Salinas
Parfois, on croise des OFNI (Objet Flottant Non Identifié)

À Andraxt, nous optons pour prendre une bouée au club de vela. La baie est très agréable et le petit port bien animé. Ici, c'est un petit Saint-tropez allemand. D'ailleurs, en nous promenant le premier soir, nous hallucinons un peu, tout est écrit en allemand et certains restaurants n'affichent même pas le menu en espagnol ! En fait, au fur et à mesure des jours passés ici, nous allons nous apercevoir que quasiment toutes les boutiques et les restaurants appartiennent à des allemands. Ces derniers sont si nombreux à Mallorca qu'ils considèrent, en fait, l'île comme une de leurs régions.  



Les canards ont leur propre annexe !
L'ambiance mallorquine n'est pas notre tasse de thé. Le club de vela est très snobinard, la douche coûte 8 euros par personne et par jour, l'accès à la piscine nous est interdit (il faut avoir son bateau, un gros moteur de préférence, à la marina). Les "pauvres" qui ne peuvent se payer "que" la bouée (à 15 euros par jour quand même en basse saison) sont tout juste tolérés dans le club.

Rester ici ne nous enchante guère mais nous devons résoudre notre problème de radio car aucun miracle ne s'étant produit (on pouvait toujours espérer), nous nous rendons à l'évidence : notre VHF nous a, définitivement, lâchés. Nous décidons de nous rendre à Palma de Mallorca où se trouvent plusieurs magasins d'accastillage. Une fois sur place, nous devons commander la radio, et hop, trois jours d'attente plus une journée pour aller la récupérer, plus une journée pour que Martin l'installe (du premier coup, tout fonctionne, bravo capi'). 


Entre temps, la météo s'est dégradée et c'est trois jours de plus à attendre. Enfin, au bout de dix jours, nous pouvons repartir et nous sommes bien contents de lever l'ancre pour Santa Eulalia, sur l'île d'Ibiza.
Qu'avons-nous pensé de Majorque ? Il paraît que l'intérieur de l'île est magnifique et il est vrai que nous n'avons pas pris le temps de découvrir cet aspect de l'île. Nous n'avons fait que longer la côte, en bus, lorsque nous nous rendions à Palma et ce n'est que succession de stations balnéaires bétonnées et sans âme.
Après Minorque, Majorque nous semble avoir vendu son âme au tourisme de masse sans avoir su préserver son identité culturelle. 




SANTA EULALIA, IBIZA (du 18 octobre au 20 octobre)

Que c'est bon de profiter, un peu, du confort d'une marina ! Cela faisait plus de deux mois que nous n'avions pas mis les pieds dans un port de plaisance. L'environnement est touristique avec le quai où s'alignent bars et restaurants en tout genre mais l'ambiance est agréable, assez reposante (pas de discothèque à l'horizon, ouf !).

Corvée de gasoil avant le départ !
Les prévisions météorologiques nous permettent de partir rapidement pour effectuer notre navigation jusqu'à Cartagena, probablement notre dernière traversée de nuit. Demain, nous quittons les Baléares pour rejoindre le continent espagnol. La boucle est, presque, bouclée et nous commençons à réaliser que notre voyage va bientôt toucher à sa fin. 


1 commentaire:

  1. Carissimi! E' bello seguirvi sul Blog...e imparare dalle vostre esperienze nelle parte Ovest del Mediterraneo. Noi rimaniamo a Est, ben contenti di avere un ormeggio GRATIS per tutto l'inverno nel piccolo porto di Paloi, sull'isola di Nisiros. La Grecia sul mare Egeo, rimane un paradiso, specialmente d'inverno quando non c'e' più nessun turista in giro...! Un abbraccio e tanti auguri di BUONE FESTE !!!

    RépondreSupprimer