samedi 21 décembre 2013

MESSOLONGHI, 1ère partie (du 25 novembre au 22 décembre)


Trop kitsch le bus mais ce n’est pas le nôtre !

Nous voici de retour de Crète et à peine posons-nous le pied hors du bus qui nous ramène d'Athènes que de grosses gouttes commencent à tomber. Le ciel est gris et le vent souffle. Visiblement, le temps ne semble pas s'améliorer à Messolonghi. C'est comme ça tout l'hiver ici ? Je songe avec envie à l'année dernière, à la même époque, quand nous étions en Andalousie en tee-shirt et débardeur.

Le 25 novembre 2012 en Andalousie !
Nous retrouvons avec bonheur Yvanan. Se pose maintenant la question de savoir si nous poursuivons notre périple jusqu'en Sicile ou si nous décidons d'hiverner là plusieurs mois. Nous hésitons beaucoup. D'un côté, nous aimerions rejoindre la Sicile le plus rapidement possible mais d'un autre côté, nous ne sommes pas sûrs que le temps nous permette d'enchaîner les navigations à notre convenance. Quitte à être bloqués, autant l'être ici. La marina est bien abritée, peu chère et le centre ville, qui se trouve à proximité a le charme des villes populaires telles que nous les aimons.  Plusieurs bateaux hivernent ici à flot et l'ambiance a l'air franchement cordiale. Nous faisons connaissance avec tout le monde lors d'un barbecue organisé suite à la pêche miraculeuse de Roberto (10 minutes = 10 poissons).




Encore une pêche miraculeuse de Roberto ! Pour le prochain barbecue !    

Le soleil est revenu mais les températures chutent vertigineusement la nuit. Il fait franchement froid et le thermomètre nous indique 9°C le matin au réveil (dans le carré pas dehors !!!). Heureusement, nous avons un petit chauffage électrique bien efficace qui nous permet d'avoir une température convenable dans la journée. Mais ça caille tout de même sérieusement.
En revanche, les journées sont splendides, les montagnes aux cimes enneigées sont baignées par la lumière. La mer est d'huile et l'environnement, paisible. De nombreux oiseaux viennent trouver refuge dans les marais salants et nous sommes entourés de aigrettes, de flamands roses, de cormorans... Ah, il y a aussi une  tortue paraît-il mais que nous n'avons pas encore vue.





Seulement trois jours de répit et la pluie refait son apparition ainsi que le vent d'Est qui siffle sérieusement au-dessus de nos têtes avec un record de rafales pointant à 63 nœuds. Le temps est une alternance de pluie, vent avec des températures douces ou de soleil avec des températures basses. Je préfère la seconde option. Nous réalisons que le temps est bien capricieux et la décision est prise d'hiverner quelques temps ici. L'idée de naviguer sous la pluie et avec ce froid ne nous donne pas envie de reprendre la mer. Nous ne pensions pas rencontrer ce genre de problème car, l'année dernière, nous avions pu naviguer durant les mois les plus froids mais les températures ne descendaient pas en dessous de 10° C et le soleil brillait quasiment tous les jours. Ce n'est pas grave, c'est aussi cela notre aventure, ne pas savoir de quoi sera fait demain et s'adapter.


Au fil des jours, nous prenons nos petites habitudes à la marina. L'ambiance est très sympa. Plusieurs bateaux hivernent à flot, français, italiens, espagnols, suédois et suisses cohabitent dans une joyeuse ambiance.


En revanche, le temps semble ne pas vouloir nous laisser trop de répit. Certains projettent de retourner dans leur pays pour les fêtes de fin d'année. J'avoue que l'idée commence à faire son chemin dans ma tête. Pourquoi ne pas aller faire un petit coucou en France ? Aussitôt dit aussitôt fait, le départ est prévu le 22 décembre.
Nous partirons rassurés, laissant Yvanan aux bons soins des bateaux copains qui jetteront régulièrement un œil. Le jour J, direction l'aéroport d'Athènes en compagnie de Maria et Lars qui ont eu la gentillesse de nous proposer de nous emmener en voiture puisqu'eux-mêmes partent pour la Suède le même jour.


Bye, bye la Grèce, bonjour la France...